6 avril 2017 - Laura - Rencontres et lendemains

Assemblée Générale et Printanière : invitation

Capture d’écran 2017-04-27 à 10.01.28

« Les cinq années [d’exercice] sont généralement le début de plusieurs changements dans la vie [de l’association]. Les partenaires doivent en effet réinventer leur histoire afin de ne pas sombrer dans une routine incompatible avec toute forme d’épanouissement. La fougue des premières années de vie commune doit laisser place à autre chose. Pour certains, il peut être l’heure d’avoir un [modèle économique]. Pour d’autres, il est peut-être temps de faire des projets professionnels main dans la main. Les possibilités d’évolution sont multiples et c’est à chaque [structure] de trouver celle qui lui convient. »

C’est à la lecture des recommandations tirées de ce magazine de référence que nous avons choisi de placer notre Assemblée Générale Ordinaire et Printanière sous le signe… du bois.

En effet, tel l’arbre qui plonge ses racines dans le terreau fécond des projets, le Tamis vous convie pour ses 5èmes noces – en bois, donc – à l’ombre des branches où bourgeonnent ses activités pour y partager le spectacle de leur floraison.

Nous vous y présenterons bilans et perspectives, en espérant susciter parmi vous la vocation des bûcherons et charpentiers qui nous aideront à couper le bois de cheminée comme à élever celui de la charpente de l’édifice.

Cela se passe le
SAMEDI 22 AVRIL À 14h
c/o Urban Prod
18 rue Colbert, 13001 Marseille
Merci de confirmer votre présence en vous inscrivant ici !

Et pour conjuguer “bois” jusqu’à “buvons”, nous poursuivrons l’assemblée par la dernière garden party de ce quinquennat, afin d’anticiper l’inévitable “gueule de bois” du dimanche 23…

test-qi
27 mars 2017 - Laura - L'Almanach candide

L’autre côté de l’espoir

Cinéma : le Tamis s’improvise critique et vous recommande chaudement le dernier film d’Aki Kaurismäki “L’autre côté de l’espoir” – ça passe en ce moment à Marseille et ailleurs.

Courez-y !!!

Après Le Havre, sorti en 2011, Aki Kaurismäki propose une nouvelle fable questionnant la migration et l’accueil des étrangers en Europe. “Le Havre” se déroulait au Havre, évidemment, et était porté par de splendides acteurs francophones. “L’autre côté de l’espoir” nous amène à Helsinki, capitale de la Finlande, pays de naissance de Kaurismäki. Double exotisme donc, celle d’un regard sur le monde encore et toujours surprenant de la part de ce réalisateur singulier, et celle d’une langue inconnue et lointaine, qui sonne et qui détonne, en particulier dans les épisodes blues – rock du film.

Capture d’écran 2017-04-27 à 11.13.34

Aki Kaurismäki travaille le contraste comme un maître du Chiaroscuro, comme s’il fallait prendre les points les plus diamétralement opposés du spectre lumineux et colorimétrique pour pouvoir toucher du doigt la justesse d’un propos. On est dans la lenteur qui trace, le désespoir joyeux, le silence parlant, la subtilité brutale. Il n’y a pas assez d’oxymores pour qualifier ce film poétique, intelligent et lumineux, aux décors surannés et aux comédiens incarnés, qui jouent et ne jouent pas la comédie.

Pour la critique classique, les inrocks en parlent ci-dessous, et beaucoup d’autres encore :

http://www.lesinrocks.com/…/films-a…/lautre-cote-de-lespoir/

27 mars 2017 - Laura - Les plis

S’abonner aux Plis

Capture d’écran 2017-04-27 à 10.39.53

À intervalles non réguliers, les Plis du Tamis parviennent directement dans vos boites mail… à condition de figurer en bonne place dans notre liste d’adresses ! Vous pouvez ajouter la vôtre en cliquant sur l’image ci-bas…

Capture d’écran 2017-04-27 à 10.32.03

… et vous en défaire aussi simplement, en pied de Pli !

17 février 2017 - L'équipe - Les plis

Le pli – Février 2017

Voici le nouveau pli du Tamis !

Capture d’écran 2017-11-19 à 20.38.13
4 janvier 2017 - Julia - Correspondances 2016-2018

Tiss ma Journée Internationale des Migrants !

Je quitte ma patrie et je laisse ma vie comme dette
Je fuis… et ma mère me suit.
Ma mère me dit :
Ma dette, ma dette,
Mon lait, mon lait,
Mes nuits, mes nuits, éveillées,
Te suivront.

Taha Abou-Alatahia, « tragédie d’un réfugié »

Le 17 décembre dernier, Le Tamis a participé à la semaine d’action organisée dans le cadre de la Journée internationale des migrants. Cette commémoration, décrétée par les Nations Unies puis réinvestie par la société civile, était animée sur Marseille par un ensemble d’associations et de collectifs, réunis sous la bannière réseau hospitalité. Cette année, l’idée portée par ce réseau était de focaliser les actions proposées sur les notions de solidarité et d’hospitalité, de valoriser les expériences positives de l’accueil, d’interroger les projections de l’ici et de l’après.

C’est devant la place de la Préfecture que Le Tamis, avec son atelier Tiss-me, a invité les passant.e.s à marquer leurs parcours au fil de laine. Dans ce jeu/performance les participant.e.s simulent un départ soudain de leur foyer pour atteindre un nouveau chez soi : le rêve doré.

Réalité augmentée

L’atelier Tiss-me, rappelons-le, s’inscrit dans le projet plus large des Chevauchées, dont l’objet est « d’explorer ensemble nos imaginaires collectifs ». La première série d’ateliers de ce projet se focalise sur le thème des migrations. L’idée de Tiss-me est donc moins de mettre les joueur/se.s face aux réalités vécues par les migrants que de faire ressortir les manières dont on se les représente. Ici, on ne cherche pas à distinguer le vrai du faux. On cherche à faire se rencontrer des images, des projections, des idées, des mots, des couleurs et des récits associés aux idées que l’on se fait d’un parcours migratoire.

Objets

Le scénario proposé est le suivant : la ville s’effondre et il faut la quitter en urgence. Les passagers qui embarquent pour Tiss-me doivent réfléchir à trois objets, seuls témoins de leur passé, seuls compagnons de voyage : un objet souvenir, un objet utile pour le futur et un objet secret.

Chaque voyageur/se se raconte une histoire différente. Le choix du bon objet tourmente. D’abord, on fait appel à son sens pratique, en choisissant de prendre avec soi un téléphone, une carte bleue ou encore un couteau suisse – objet aux choix multiples révélateur de l’indécis.e. Puis le spectre de la nostalgie nous rattrape et l’on glisse dans son sac un peu d’amour, un frère, un été à Marseille ou encore un objet transitionnel tel qu’une boîte ou un doudou, pour palier le chagrin lié au départ contraint. Les plus courageux se donnent de la force en remplissant leurs poches d’objets aux supers pouvoirs. Ainsi nous voyons défiler au fil de l’eau un casque de réalité virtuelle, un nuage, de la lumière, des traitements médicaux pour tous ou encore un coquillage, pour écouter et réécouter le rivage que l’on quitte.

Du clownesque…

dsc_0182

Cette traversée individuelle projette les joueur/se.s dans un univers farfelu dans lequel  on est balloté d’une frontière à l’autre, expérimentant les contrôles à répétition, l’attente, la suspicion et l’assimilation de pratiques culturelles jusqu’alors inconnues. Des personnages burlesques, animés par des acteurs dotés d’un imaginaire loufoque, nous font passer d’une dimension à l’autre sans que l’on comprenne comment on en est arrivé là…

Sur la côte depuis laquelle le voyage s’amorce, des pirates semblant sortis d’un rêve étrange alpaguent les passants qui arpentent les rues machinalement, au sortir de leurs courses de noël. Une fois embarqués dans le circuit, les joueur/se.s sont interceptés par des fonctionnaires surréalistes qui légitiment leurs pratiques incongrues en se targuant de supposées compétences médicales. Après s’être fait mesurer le nez, avoir réussi l’impitoyable examen d’équilibre de la noix de coco et éventuellement reçu une injection, les patient.e.s sont autorisés par ces médecins autoproclamés à reprendre la route.

Puis commence un face-à-face avec des guichetières d’une galaxie lointaine qui se revendiquent d’une administration volante non identifiée. Celles-ci nous convient à un temps d’introspection, nous soumettant à un interrogatoire déroutant sur les causes de notre migration, nos attentes sur la destination finale et les conditions d’accueil que nous y trouverons.

Il ne reste plus qu’à se mettre les policiers dans la poche et l’on accède enfin au rêve doré ! En effet, le parcours de migration se termine dans ce théâtre coloré où l’on se laisse bercer par des scènes oniriques. Lectures de poèmes en français et en arabe, mises en corps par un jeu de marionnette happent les regards et captent les oreilles attentives.

… Et du sérieux

Les interviews menées par les guichetières de l’administration volante non identifiée amènent les passant.e.s à repenser la notion d’hospitalité. Dans cette troisième étape du jeu, les joueur/se.s se recentrent et tentent d’imaginer les attentes et les craintes engendrées par l’accueil de migrant.e.s, tant pour celui qui reçoit que pour celui qui arrive.

C’est l’envie que j’ai dans mon cœur d’aller voir ce qu’il se passe ailleurs qui m’a envoyé !

A la question de savoir s’il existe des raisons plus légitimes que d’autres d’entreprendre une migration, deux causes semblent ressortir. Alors que certains joueur/se.s mettent en scène le drame, la nécessité de partir, d’autres invoquent la simple curiosité, l’envie de découvrir, d’aller vivre dans un autre pays comme un « droit universel ».

Accueillir, ça veut dire autoriser quelqu’un à exister quand il arrive.

Que veut dire pour vous le mot « accueillir » ?  C’est majoritairement l’idée de volonté qui ressort, le principe selon lequel les personnes qui accueillent doivent le faire avec plaisir, bienveillance, et non par charité. Également la notion de partage est prégnante : accueillir, c’est prendre le temps d’échanger. Ensuite, l’idée d’accepter l’autre, de prendre la personne comme elle est, et de lui donner les moyens de rester elle-même. Enfin, certain.e.s se demandent si la notion d’accueil ne cache pas une violence symbolique, mettant une distance avec un « autre » que l’on autorise à venir « chez soi ».

Changer ses habitudes, oui, sa personne, non.

Comment incorporer de nouvelles mœurs sans oublier qui l’on est ? Voilà une interrogation qui revient à plusieurs reprises dans la réflexion autour du mot « intégration ». Faut-il changer ses habitudes lorsque l’on arrive quelque part, et si oui, lesquelles ? Pour quelques personnes, l’intégration n’est pas tant l’affaire de celui qui arrive que de celui qui reçoit. Elles insistent sur l’importance d’une acceptation mutuelle, considérant le/la voyageur/se comme allant à la rencontre d’une culture en mouvement.

dsc_0122

Remerciements à Annalisa Lollo, Laura Spica, Mikaëla Le Meur, Sarah Limorté, Sofia Tierno, Irene Lentini, Taha Abou-Alatahia, Béatrice Guyot, Marien Guillé, Ulysse Ménard, Arnaud Chary, Farhana Hosen et Julia Henin qui ont animé le jeu avec entrain et imagination.

 

logo-reseau-hospitalite