3 juin 2018 - L'équipe - Récits en plein vol

Matières plastiques – matières à tamiser !

Le Tamis a participé à la réalisation de l’exposition itinérante interdisciplinaire et trilingue (français, vietnamien, anglais) financée par l’IRD – Institut de Recherche pour le Développement – et intitulée “Matières plastiques : des vies sauvages”. Cette exposition de médiation scientifique qui retrace les vies sociales et environnementales des matières plastiques au Vietnam en variant les échelles de regard “propose de rendre sensible et accessible les enjeux locaux et globaux liés à la matière plastique, une matière populaire, démocratique, mais dont les effets sur l’environnement sont de plus en plus inquiétants.”

Ce projet résulte de la rencontre entre Émilie Strady, géochimiste des eaux à l’IRD et rattachée au CARE – Centre Asiatique de Recherche sur l’Eau de Ho Chi Minh ville, et Mikaëla Le Meur, anthropologue (Université libre de Bruxelles) et membre du Tamis ; toutes deux investies dans des recherches sur les plastiques, l’une du point de vue des sciences environnementales, l’autre du point de vue des sciences sociales.

Kiêu Lê Thuy Chung, géologue vietnamienne travaillant également au CARE, et Nguyen Phuong Anh, assistante de communication à l’IRD, se sont ensuite jointes à l’équipe de réalisation de cette exposition destinée au grand public, au Vietnam et ailleurs, tant les questions soulevées sont globales.

Le Tamis a quant-à lui été mobilisé pour la conception et la réalisation graphique de l’exposition et, suite à un appel d’offre, c’est Elza Montlahuc (ou Elzazimut !), graphiste et illustratrice, qui a mené cette entreprise à terme.

En travaillant de manière rapprochée avec les chercheuses et l’équipe du Tamis, Elza a donné forme au propos textuel et photographique de l’exposition. Des illustrations et autres objets graphiques structurent les 22 panneaux : une alliance sensible entre le fond et la forme !

L’exposition a été inaugurée le 8 mai dernier au Vietnam, lors de la conférence internationale “Science for Development” (la science pour le développement), organisée par le centre ICISE, de Quy Nhon (un succès !)

Elle doit circuler dans le pays durant toute l’année 2018 et l’on espère qu’elle viendra un jour à Marseille…

B-ICISE-center2

EXPO-J-Scène

EXPO-L-Déjeuner-derhors2

Photographies : Mikaëla Le Meur

Pour les curieux.se.s

Voici une vidéo qui présente le travail de recherche que mènent Émilie Strady et Kiêu Lê Thuy Chung sur la pollution des rivières par les plastiques à Ho Chi Minh Ville (réalisation : Jean-Michel Boré).

Et un épisode de l’émission Cultures Monde sur France Culture où l’on entend Mikaëla parler un peu plus du recyclage des déchets plastiques au Vietnam :

25 mai 2018 - L'équipe - Les plis

Le pli – Mai 2018

Capture d’écran 2018-05-24 à 10.13.20
24 mai 2018 - L'équipe - ici-même

Nouvelles du Terrain

Capture d’écran 2018-05-24 à 08.49.03

A l’issue d’un travail collectif de réflexion, d’entretiens et d’écriture de plusieurs mois, les membres du Tamis viennent de finaliser un billet publié sur le blog de la revue Terrain le 22 mai. Un texte qui propose un retour sur l’histoire de l’association, une explicitation de ses enjeux et une mise en perspective de ses positions scientifiques. Cannes oblige, il s’agit en quelque sorte d'”un certain regard” sur le Tamis et par le Tamis.

A lire et discuter !

L’article : À pas de fourmis. Une sociohistoire du Tamis – Association marseillaise d’anthropologies coopératives.

18 avril 2018 - L'équipe - Rencontres et lendemains

Appel à participation : Rencontres autour des migrations – Oct. 2018

[Nous relayons ici le message de Lucie Bacon, Amandine Desille et Noémie Paté, organisatrices de rencontres autour des migrations à l’automne prochain – un projet porté par Le Tamis]

Portées par Le Tamis, et associées au Réseau Migrations, nous sommes ravies de partager avec vous l’appel à participation à la rencontre intitulée :

Migrations :
nos voix, nos chemins de traverse.
Rencontre entre arts, sciences et militances
Migrations nos voix nos chemins de traverse - Appel à participations_version courte

Ce projet consiste en une rencontre entre personnes en situation de migration (ou en ayant fait l’expérience), acteurs de terrain, artistes, doctorant.e.s et chercheur.e.s en sciences sociales qui sera organisée à Marseille du 22 au 28 octobre 2018. Ces rencontres auront lieu en fin d’après-midi et soirée, et articuleront des productions artistiques (une exposition, une pièce de théâtre et un film-documentaire par exemple) sur le thème des migrations internationales, avec des rencontres-débats favorisant les échanges entre les différents acteurs, et ce dans une perspective transdisciplinaire et intergénérationnelle.

La concrétisation de ce projet – dans toute son ambition – dépendra de la réponse aux demandes de subvention que nous avons effectuées, mais nos rencontres et nos échanges avec bon nombre d’acteurs et de structures marseillais, ainsi que l’écriture de ces appels à participation constituent, pour nous, déjà un premier jalon.

Le second sera celui de la réception des réponses à cet appel à participation que nous vous invitons à découvrir – dans sa version courte, ainsi que dans sa version longue.

Au grand plaisir de vous lire,

Lucie Bacon, Amandine Desille et Noémie Paté

 

Pour contacter le comité d’organisation : migrations.marseille2018[at]gmail.com

Date limite de soumission des propositions : 30 mai 2018.

 

 

15 avril 2018 - L'équipe - Workchopes de bières

WorkChope (de bières) du Tamis #2 – 3.05.2018

Le Tamis vous invite à la deuxième édition de ses WorkChopes de bières ! Le principe est de faire intervenir des jeunes chercheuses et chercheurs en sciences sociales dans différents lieux conviviaux de Marseille, pour faire découvrir à des publics hétéroclites, des recherches en train de se faire. Nous avons le plaisir d’être cette fois-ci accueilli par l‘Ostau dau Pais Marselhés.

À l’affiche ce 3 mai 2018 :

“Garder contact en temps de peste :

fragments d’histoires ordinaires à Marseille au XVIIIe siècle”

par Fleur Beauvieux

(docteure en Histoire, chercheure correspondante au Centre Norbert Elias)

VisuelWorkChope

Malgré la perte de la moitié de la population, la peste de Marseille en 1720 est le théâtre d’une multitude de comportements qui ne sont pas que la fuite ou la terreur. Fleur Beauvieux vous invite à la rencontre d’habitants et d’habitantes qui sont loin d’être passifs face au mal  qui les menace et gardent un lien social malgré le risque de contagion.

La soirée sera dialoguée par Clément Tarantini,

doctorant en anthropologie, travaillant sur la gestion du risque infectieux à l’hôpital (CNE/VITROME/EHESS).

Lieu : L’Ostau dau País Marselhés

18 rue de l’Olivier

13005 Marseille 

Heure : 19H-21H

Entrée : Adhésion annuelle à l’Ostau (2€)

Ouvert à tou.te.s !!!