28 novembre 2017 - Mikaëla - L'Almanach candide

Présentation de l’Atlas des migrants 2017 – Migreurop

 

Événement :

29 novembre 2017 – 19h-21h

« …

La librairie Transit (45 bd de la libération, 13001 Marseille) accueille Laurence Pillant, Lucie Bacon et Morgane Dujmovic pour présenter l’atlas des migrants 2017 du réseau de recherche Migreurop – Observatoire des frontières.

Capture d’écran 2017-11-28 à 20.23.11

Les candidats à l’exil, fuyant les guerres, la pauvreté et les crises politiques, voyagent souvent au péril de leur vie. Depuis 25 ans, près de 40 000 migrants sont morts ou ont disparu, par noyade ou épuisement, aux frontières européennes, dont plus de 6 000 pour la seule année 2016, la plus meurtrière jamais enregistrée.

L’augmentation des arrivées observée depuis 2015 a fait souffler un vent de panique au sein des États de l’Union européenne qui se sont ressaisis en durcissant la seule politique qui vaille à leurs yeux, le renforcement des frontières extérieures : multiplication des murs et barrières pour « réguler les flux », ouverture de nouveaux camps, externalisation de l’accueil, militarisation accrue de la surveillance et de la répression… la « crise des migrants » a été suscitée autant que subie, et vient interroger tout le système européen des frontières, des politiques d’accueil et d’immigration.

Déconstruire les a priori, changer les regards, interroger les frontières, cartographier le contrôle sécuritaire et l’enfermement, enfin, et surtout, donner la parole aux migrants : tels sont les objectifs des textes, cartes, photographies et illustrations réunis dans cet atlas critique des politiques migratoires européennes.

——–

Proposant une expertise scientifique et un regard critique sur les politiques migratoires européennes et leur impact sur les droits des exilés, cette nouvelle édition rassemble les contributions de 95 chercheurs et militants travaillant sur cette thématique, et est illustrée par de nombreuses cartes, photos et croquis inédits.

… »

 

Soirée à ne pas manquer !

27 novembre 2017 - Mikaëla - Rencontres et lendemains

Soirée autour des Solidarités au CRIJ

Dans le cadre du Festival des Solidarités, l’association le Tamis – Anthropologies coopératives propose une soirée de conférence-débat le mardi 28 novembre 2017 :
Quelles sont les différentes réalités que recouvre le terme « solidarité » ? À quoi les dynamiques solidaires viennent-elles répondre ? Quelle est la portée critique de ce concept pour comprendre le monde et s’engager dans le quotidien ?

Intervenant : Emmanuel Galland, docteur en anthropologie.

Soirée en présence des étudiant.e.s du Master Professionnel d’Anthropologie du Développement Durable de l’Université Aix-Marseille.

Conférence suivie d’un échange autour d’une collation.

HORAIRES : 18h-20H

LIEU : CRIJ Provence Alpes
96 La Canebière – 13001 Marseille

ENTRÉE LIBRE !!!!

lumière

Pour aller plus loin :

Le Tamis a réuni des contributions de chercheur.se.s en sciences sociales qui se sont prêté.e.s à l’exercice de réfléchir les solidarités au prisme de leurs terrains d’enquête. Ces textes sont rassemblés sur l’Atelier du Tamis (un carnet de recherches hébergé sur la plateforme Hypotheses.org).
Deux contributions sont d’ores et déjà disponibles. D’autres suivront !
https://letamis.hypotheses.org/…/caisse-a-outils/solidarites

25 novembre 2017 - L'équipe - "Hypothèses"

Écritures : les solidarités en question #2

Dans la continuité de nos réflexions sur les “solidarités” (festival en cours !), un nouveau texte est disponible en ligne sur notre carnet de recherches sur la plateforme Hypotheses.org, en voici le résumé :

Mikaëla Le Meur est doctorante en anthropologie au LAMC – Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’Université libre de Bruxelles (et également membre du collège d’administration du Tamis). Elle a choisi de mobiliser ses enquêtes sur les filières de recyclage au Vietnam pour questionner la manière dont les choses, en particuliers les objets déchus, relient les humains, parfois malgré eux. Ces liens matériels imposent selon elle de réfléchir aux différentes responsabilités engagées dans les échanges internationaux et les risques pour la santé et l’environnement qui leurs sont associés.

Pour lire l’article, c’est ici !

Minh Khai

Le village des recycleur.se.s de plastique de Minh Khai – Vietnam

21 novembre 2017 - L'équipe - Rencontres et lendemains

Get Up, stand up !

Samedi dernier ont eu lieu les Assises/Debout-en-tout-cas-pas-couché.e.s du Tamis. Dès l’aube (oui oui), après avoir goûté au café d’Urban Prod, qui nous accueillait dans ses locaux, les T’ami.e.s présent.e.s se sont mis.e.s au turbin. En effet, la fin des contrats aidés qui a touché de plein fouet l’association nous a donné du boulot… enfin, du fil à retordre, quoi!

Sessions de travail

La matinée a consisté en trois sessions de travail pour penser les activités en cours et à venir de l’association.

Dans la première session, il s’est agit de faire un bilan des forces et des projets menés dans le cadre de l’animation des ateliers d’anthropologies coopératives et créatives du Tamis, à destination des scolaires, mais pas seulement. Durant l’année 2016-2017, l’association a développé un bel éventail d’ateliers mêlant sciences humaines et sociales, éducation populaire et techniques/expressions artistiques. L’année 2017-2018 est déjà chargée de stimulantes propositions et opportunités de développement. Les ateliers du Tamis sont des créations originales et leur conception est un temps privilégié d’échanges de savoirs et d’expériences entre les animateurs/trices qui travaillent avec l’association.

Cette session a également permis d’accueillir dignement Eleonora, stagiaire au Tamis depuis mercredi dernier, dans le cadre d’une formation BPJEPS. Eleonora projette de concevoir, avec le Tamis, un atelier mêlant anthropologie et musique… ça sonne drôlement bien !

Sessions

La seconde session portait son attention sur les différents évènements publics auxquels le Tamis participera durant l’année 2017-2018. D’une part, des évènements co-organisés avec des partenaires marseillais, d’autre part, des évènements que l’association propose pour ses adhérents et pour une communauté marseillaise élargie. Qu’il s’agisse de la Fête de la Science, du Festival des Solidarités, ou de la future Fête de l’Anthropologie de la Vieille Charité, le Tamis devient progressivement un acteur de l’évènementiel scientifique, culturel et associatif marseillais. Nous avons également avancé sur l’organisation d’un prochain “workchopes de bières” pour le premier semestre de 2018… mais cessons de titiller votre curiosité, vous en saurez plus bientôt!

C’est également dans cette seconde session que nous nous sommes intéressé.e.s à la continuation des cycles d’ateliers tables basses, moments privilégiés de réflexion mêlant expériences pratiques et références théoriques que le collège Sciences et Techniques organise pour les membres de l’association. Pour un bilan des ateliers passés, explorez-donc la rubrique qui leur est dédiée sur notre carnet de recherches hébergé sur la plateforme Hypothèses.org.

SessionEv&Renc

La troisième session a pris à bras le corps la question des formes d’écritures et d’expressions que le Tamis souhaite continuer à développer. À travers les différents outils de communication numérique dont nous disposons (carnet de recherches, blog, plis, réseaux sociaux etc.), nous souhaitons explorer les formats, expérimenter des manières de confronter et d’allier expressions littéraires, graphiques, scientifiques et multimédias. Focus sur les images cette fois – dessins, illustrations etc. – et sur leur place au sein de nos écritures. L’objectif 2018 est de les remettre au centre de notre pratique de réflexion. Une nouvelle rubrique destinée à mettre en avant ces expérimentations imagées verra le jour bientôt !

Enfin, il a été question de créer de nouveaux formats papiers qui permettraient au Tamis de diffuser ses visuels par des objets matériels au faible coût de production. Nous aimons les livres, certes, mais il y a de la place pour tout le monde… En 2018 c’est le fanzine et à la photocopie pirate qui seront à l’honneur !

SessionEE

Alors on danse…

Durant la journée, l’opportunité à été offerte aux un.e.s et aux autres de s’asseoir ou de se lever, selon les situations… Le déjeuner fut le temps du grand ballet des corps en mouvements. Entre les courses et la vaisselle, nous avons profité du rez-de-chaussée du Mars Media Lab, qui était, osons l’expression, inondé de soleil, ce qui est fort appréciable en cette saison rafraîchissante. Comme toujours au Tamis, l’éclectisme est de rigueur. Aussi, nous avons associé purée de panais et pizza aux anchois, bières et citronnades, chips et gratin de courge.

Assises&Debout
Cène

Après ce festin, notre anthropologue-animatrice en chef nous a extirpé.e.s de nos envies de siestes en nous dispensant ses connaissances en circulation énergétique nippone : WOUAH ! et CHLAC ! Quand l’éducation populaire met son grain de sel pour remettre les corps en mouvement après le déjeuner, ça décoiffe!

Enfin, après le jeu du Samouraï, le Fouts-y-tout! Un dernier temps de mise en commun des idées et projets ébauchés durant la matinée a permis d’exposer les dernières questions et solutions pour enfin se lancer.

Les fiches projets sont prêtes, les feuilles de routes sont écrites, les dossiers sont ouverts, les chantiers sont lancés. Tout le monde a fait l’effort de ménager sa monture pour mieux couvrir la distance. Alors en avant !

PicassoDonQuixoteSancho

Don Quixote – Picasso

Dès le soir, certain.e.s sont allé.e.s explorer l’univers scientifique, politique et poétique de Bernard Friot au théâtre Mazenod. Nous louons leur courage ! Car la conférence gesticulée a duré 4 heures au bas mot. Mais cette expédition risquée en valait la peine. Le récit de ces aventures sera disponible bientôt. Mais c’est une autre histoire…

Merci à Anna, Julia, Eleonora, Laura, Prune, William, Marion, Lucille, Marjolaine, Mikaëla, Apolline, Fleur, Élodie, Claire, Mona et Sofien pour leur présence !

20 novembre 2017 - L'équipe - "Hypothèses"

Écritures : les solidarités en question #1

Dans le cadre de l’édition 2017 du Festival des Solidarités, dont le Tamis est un des organisateurs marseillais, nous avons demandé à des chercheur.se.s en sciences sociales de penser les “solidarités” à l’aune de leurs terrains d’enquêtes. C’est notre carnet de recherches sur la plateforme Hypotheses.org qui accueillera les différentes contributions.

En voici la première !

Résumé :

Mona Lila Yuka, doctorante en anthropologie au LADEC – Laboratoire d’Anthropologie des enjeux Contemporains de l’Université de Lyon 2 (et également membre du collège d’administration du Tamis) s’est livrée à cet exercice en examinant sa recherche sur la gestion des ressources forestières au Gabon. Elle propose, dans le texte suivant, de discuter des conditions de reproductibilité d’une solidarité associative dans les villages forestiers d’un pays marqué par une économie politique inégalitaire.

La salle de réunion du village de Dagani - 230715

La salle de réunion du village de Dagani – Gabon

Avec ce premier texte, nous inaugurons une nouvelle catégorie dans le menu de notre carnet de recherche : “Solidarités”. Il s’agira d’y regrouper des textes questionnant cette notion, et plus largement, certains concepts circulant entre les sciences sociales et le monde militant, afin de comprendre les différentes réalités que ces mots recouvrent.