1 avril 2020 - L'équipe - Passereaux et passerelles

“S’en sortir sans sortir”

Nous relayons trois initiatives pour documenter le confinement et pour lutter contre l’isolement et les inégalités, avec en toile de fond la mobilisation qui continue dans l’enseignement supérieur et la recherche, malgré et avec l’épidémie de covid19.

Pour les étudiant.e.s :

Une enquête pour éclairer les conditions d’existence des étudiant.e.s dans le cadre du confinement, initiée par l’Alternative, une coordination nationale regroupant différentes associations et organisations syndicales. Elle s’inscrit dans la lutte pour la défense des droits des étudiant.e.s par ces collectifs mobilisés contre les réformes de l’enseignement supérieur et la recherche du gouvernement actuel.

Pour les précaires de l’ESR :

Dans la même optique, une initiative destinée aux travailleuses et travailleurs précaires de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche isolé.e.s : un appel aux témoignages, par téléphone ou en ligne.
“Sous l’appel “Allô précaire confiné.e?”, les collectifs de précaires (réunis lors de l’AG nationale du 27 mars) souhaitent maintenir le contact et recueillir des témoignages de précaires de l’ESR sur le vécu du confinement, les incertitudes financières qu’il entraîne, les injonctions au télé-travail, les conditions concrètes de ce télé-travail…”

Les précaires de l’ESR proposent deux outils :
– un répondeur: 07.49.07.15.34
– un site internet tumblr

Crédit photo : Précaires de l'ESR

Crédit photo : Précaires de l’ESR

Pour toutes et tous : la vie confinée

Parce qu’il faut que les recherches en sciences sociales durent, voici un questionnaire à remplir en ligne pour alimenter une enquête sur le confinement et ses effets sur la vie.

Voici le lien de cette étude par le Centre de Recherche sur l’Habitat.


N’hésitez pas à prendre quelques minutes pour y répondre.

>> Parler, échanger, partager, documenter – voilà nos outils pour continuer de se mobiliser. La pandémie ne doit pas nous faire oublier nos luttes !

31 juillet 2019 - Mona - Passereaux et passerelles

“Des cabanes”, donc…

Période estivale oblige, un bref petit mot pour recommander chaleureusement la lecture du petit essai de Marielle Macé, Nos cabanes (Éditions Verdier, 2019), dont voici recopiées quelques lignes :

« Faire des cabanes en tous genres – inventer, jardiner les possibles ; sans craindre d’appeler “cabanes” des huttes de phrases, de papier, de pensée, d’amitié, des nouvelles façons de se représenter l’espace, le temps, l’action, les liens, les pratiques. Faire des cabanes pour occuper autrement le terrain ; c’est-à-dire toujours, aujourd’hui, pour se mettre à plusieurs.

Surtout pas pour prendre place, se faire une petite place là où ça ne gênerait pas trop, mais pour accuser ce monde de places – de places faites, de places refusées, de places prises ou à prendre.

Faire des cabanes sans pour autant se contenter de peu, se résigner à une politica povera, s’accommoder des précarités de tous ordres, et encore moins les enchanter – sans jouer aux nomades ou aux démunis quand justement on ne l’est pas. Mais pour braver ces précarités, leur opposer des conduites et des convictions. Des cabanes qui ne sauraient soigner ou réparer la violence faite aux vies, mais qui la signalent, l’accusent et y répliquent en réclamant très matériellement un autre monde, qu’elles appellent à elles et que déjà elles prouvent. » (p. 29-30)

Et que l’auteure a discuté quelque peu dans cette émission de radio :

L’humeur vagabonde du 01 juin 2019

Noue_Mancioux_pont_D817_amont

 

13 novembre 2018 - Mikaëla - Passereaux et passerelles

“Les sciences sociales: un champ, des batailles?” – émission sur France Culture

Il serait vain de commenter le débat. Donc no comment, mais une recommandation : écouter cet épisode de “Du grain à moudre” sur le champ des sciences sociales et leurs batailles.

Vous avez dit du grain à moudre ? C’en est !

19 mars 2018 - Mikaëla - Passereaux et passerelles

Histoires de luttes – “Un homme est mort”, de la BD au film

Bientôt le printemps.
Et un mouvement social qui s’annonce…
L’occasion de rendre hommage aux luttes passées pour mieux comprendre celles à venir, avec l’adaptation en film d’animation de la très belle BD “Un homme est mort” de Kris et Davodeau.
Politique, poésie, documentaire, images fixes et animées, histoires collectives et singulières.
Sortie sur Arte bientôt.

Avant ça : il FAUT lire la BD.

On nous a glissé dans l’oreillette que des nouveaux personnages apparaissaient dans le film, pour éclairer d’autres espaces de ces luttes – on a toujours moyen de progresser !
Il s’agit donc d’une œuvre en mouvement, depuis Paul Éluard, en passant par René Vautier et évidemment P’tit Zef.
À vous de vous la réapproprier !

Et pour aller plus loin : lire l’entretien (en deux parties) que Le Tamis a réalisé avec Kris, il y a pas loin d’un an déjà. Ça ne se périme pas !

Kris #1 – « Notre mère la guerre »

Kris #2 – Why we write

 

16 décembre 2017 - Mikaëla - Passereaux et passerelles

La Fabrique – Centre Norbert Elias – EHESS Marseille

Connaissez-vous la Fabrique des écritures innovantes en sciences sociales ? On vous invite à suivre leurs activités sur leur nouvelle page Facebook !

Développée à Marseille au sein du Centre Norbert Elias, un laboratoire interdisciplinaire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), la Fabrique a été initiée en 2015 et vise à promouvoir des formes d’écritures proposant de renouveler et de faire connaître les recherches en sciences sociales et humanités. Les chercheurs y travaillent en partenariat avec des réalisateurs, des dessinateurs, des éditeurs pour co-fabriquer et diffuser leurs œuvres transmedia. Le lieu se situe à la Vieille Charité, en plein cœur du quartier du panier.

Capture d’écran 2017-12-16 à 15.37.40

Si vous souhaitez découvrir l’origine du projet (en anglais), Urban Prod a filmé une courte intervention du directeur du Centre Norbert Elias, Boris Petric, lors de la Conférence “European Medialab Praxis” au sein du Marsmedialab.
En voici le lien.

Faire circuler les savoirs hors du monde académique, ça nous plait !