11 octobre 2019 - Julia - Rencontres et lendemains

Odyssée surnaturelle

 

allez savoir

Les 26, 27 et 28 septembre 2019, le Tamis a participé à la première édition du Festival « Allez Savoir », un festival de sciences sociales proposé par l’EHESS, en partenariat avec la Ville de Marseille. L’objectif du festival est « d’inviter le grand public à partager le questionnement multiple et original des sciences sociales sur les grands défis contemporains ». Pour cette édition 2019, le festival mettait en avant la thématique de la nature.

« Les sciences sociales étudient les liens complexes et subtils qui attachent les sociétés à leurs environnements et posent des questions surprenantes et iconoclastes : la nature existe-t-elle ? Est-elle un mythe occidental et romantique ? Peut-on se passer de l’idée de nature ? »(source: allez-savoir.fr)

Est-il naturel de chercher?

En charge de l’animation en direction des publics scolaires les jeudi et vendredi, les médiatrices scientifiques du Tamis ont invité des collégiens à se mettre dans la peau d’anthropologues pour partir enquêter dans le pittoresque Centre de la Vieille Charité. Sur les deux premiers étages, les ethnographes en herbe ont pu explorer les salles des musées, interviewer les personnes y travaillant et observer des objets insolites. Au troisième étage, l’enquête a porté sur… d’autres enquêteurs ! puisque les participants ont poussé les portes de l’EHESS pour y observer des chercheurs en pleine action. L’atelier a également été réalisé avec une classe d’élèves malentendants, mettant en avant d’autres sens de la perception utilisés en sciences sociales.

IMG_4278

La culture de l’aventure

Pour la journée du samedi, l’association Le Tamis avait donné rendez-vous aux plus audacieux pour s’engager dans une odyssée sur-naturelle ! C’est en effet un jeu de piste qui a été proposé aux petits et aux grands pour se confronter aux méthodes de l’enquête en science sociales dans ce même terrain de jeu qu’est la Vieille Charité.

Armés d’un carnet de terrain, outil élémentaire de l’anthropologue en (dé)route pour l’aventure, nos preux enquêteurs se sont attelés à surmonter des épreuves faisant appel à leurs sens littéraires, artistiques, mathématiques et descriptifs ! Ils ont par exemple dû aider la déesse Isis à retrouver les morceaux d’Osiris dispersés en Egypte par son frère Seth !

Au cours de leur déambulation, ils ont fait des rencontres avec des personnages mythiques leur rapportant des légendes lointaines. Dans la salle Egypte, la déesse Sekhmet/Bastet s’est montrée sous ses deux visages, tantôt lionne féroce, tantôt docile chatte. Dans la salle Océanie, une voyageuse embarquait les explorateurs sur l’île Gaua, dans le Vanuatu afin de les éclairer sur la naissance du volcan « Mont Garet ».  Dans la salle Mexique, l’odyssée se poursuivait à base de légendes chantées, nous rapportant la recette du « mole » ou encore, le mythe de la « Llorona », cette créature nocturne que certains suivent, avant de disparaitre à jamais ! Enfin, dans la salle Méditerranée, l’histoire tragique d’Antigone renaissait sous les ombres pour alimenter les esprits de questionnements philosophiques. Lois divines et lois humaines s’affrontaient dans un dilemme existentiel!

IMG_4275

Alebrije, Salle Mexique

 

La journée s’est conclue positivement puisque, grâce à l’effort de nombreux participants, nous avons pu décrypter le message mystérieux ! Cependant, la résolution de questions amène parfois à d’autres questions et nous a laissé avec la réflexion suivante: quelle est la place de la culture dans la nature de l’Homme ? Ou plutôt… quelle est la place de la nature dans la culture de l’Homme ?

Note: la réponse à l’énigme était une citation d’Edgar Morin :« L’homme est culturel par nature parce qu’il est naturel par culture ».